Pesticides: Le Maroc veut durcir le contrôle


 

  • Un avant-projet de loi fixe de nouvelles règles de commercialisation et d’utilisation
  • Un contrôle en deux phases, des matières actives et du produit final mis sur le marché
  • Des mesures pour encourager l’utilisation des matières les moins nocives
 

C’est l’un des sujets qui suscitent le débat depuis quelques années en Europe et aux Etats-Unis. Renforcer davantage l’encadrement juridique de l’utilisation de certains pesticides ou produits de protection des plantes constitue un véritable challenge. Surtout avec les polémiques autour des «pesticides tueurs d’abeilles» et la multiplication des données relatives à l’impact négatif de ces produits sur la santé des humains et des espèces naturelles.

C’est dans ce sens que s’inscrit l’avant-projet de loi élaboré par le ministère de l’Agriculture. Ce texte, soumis à la consultation publique, entend abroger la loi actuelle 42.95, relative au contrôle des pesticides. L’objectif est de muscler le dispositif pour atténuer les risques liés à l’utilisation anarchique de ces produits. Ce texte s’inscrit également dans la logique de durabilité de l’agriculture prônée par le Maroc depuis quelques années.

Concrètement, cet avant-projet de loi prévoit une série de mesures en vue de «moderniser l’organisation de la commercialisation de ces produits, en vue de limiter les risques pouvant découler de leur distribution, leur vente et leur utilisation». Il s’agit également de s’assurer que ces activités sont exercées par des personnes qualifiées et agréées par les autorités compétentes.

L’un des principaux changements introduits par ce texte concerne la terminologie adoptée, désormais «conforme aux définitions internationales». Parallèlement, il prévoit une série de conditions pour l’obtention du visa pour les matières actives entrant dans la composition de ces produits. Idem pour les critères de leur exposition et de leur distribution. A cela s’ajoutent les modalités d’accréditation et de contrôle des personnes exerçant ces activités.

Globalement, la supervision des conditions de commercialisation de ces produits se décline en deux phases. La première est liée à l’évaluation et à l’homologation des matières actives et les substances de protection qui figurent dans la composition de ces produits de protection des plantes. La 2e phase concerne plutôt l’évaluation du produit en vue d’autoriser sa mise sur le marché.

La nouvelle réglementation ambitionne également de pousser vers l’utilisation des pesticides ayant le moins d’impact sur la santé des humains, des animaux et des autres espèces naturelles. C’est dans ce sens que s’inscrit, par exemple, la possibilité d’octroyer une durée de validité de l’autorisation de commercialisation de certains produits par rapport à d’autres.

Ceux qui sont considérés comme étant les moins nocifs peuvent obtenir une autorisation de mise sur le marché de 15 ans, contre 10 pour les autres produits. Les pouvoirs publics auront également la possibilité de procéder à des contrôles et des évaluations des produits commercialisés, à chaque fois que des données permettent de soupçonner le non respect des conditions d’autorisation.

Les personnes actives dans ce secteur seront obligées d’alerter les autorités en cas de détection ou d’identification d’effets nocifs d’un produit. Les activités d’importation et de distribution des pesticides et autres produits de protection des plantes seront également mieux encadrées.

L’idée est de s’assurer de la conformité des locaux de stockage et des effectifs chargés de son exploitation avec les conditions prévues par cet avant-projet de loi. Cela concerne particulièrement les critères d’hygiène et de sécurité.

 

Source : Le quotidien l'Economiste

ACTUALITÉS

2019-03-13

Le secteur de la valorisation des déchets va-t-il enfin prendre son envol?
La filière de la valorisation des déchets est désormais sur de bons rails. Le secteur montre un potentiel indéniable en termes de créations d&rsq...


2019-03-13

Impôts: Les ATD suspendus jusqu'à nouvel ordre
La direction générale des impôts (DGI) a décidé de suspendre la procédure des ATD (avis à tiers détenteur), le temps de proc&...


2019-03-06

Cybercriminalité au Maroc: l'alerte de Moulay Hafid Elalamy
Dans une lettre adressée au président de la CGEM, et dont Le360 détient une copie, le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et ...


2019-03-06

L'Université polytechnique d'OCP s'active pour une agriculture durable en Afrique
En partenariat avec deux institutions britanniques, le Groupe OCP soutient un projet prometteur mené par l'Université Mohammed VI polytechnique (UM6P) et deux importa...


2019-01-08

Une conjoncture mondiale marquée par des tensions commerciales et sociales
Le contexte international a été marqué par le renforcement des tensions commerciales liées au durcissement des mesures protectionnistes annoncées...


2019-01-08

Dématérialisation du circuit de dédouanement
Dans le cadre de son projet stratégique de dématérialisation des procédures douanières, visant l’instauration d’un dédouanemen...



Toutes les actualités

Connexion

Créer un compte

Publicité

Adhérents :

Lotissement Kamal, N° 6, Allée des Eucalyptus

Ain Sebaa 20580 CASABLANCA

Téléphone 1: +212 522 665 302

Téléphone 2: +212 522 665 303

Fax : +212 522 665 304

FCPMAROC. © Copyright 2016 - Tous droits réservés. Créé par Edinfo